Paul BLANC
et ses peintures religieuses

A Vinon, la chapelle du Saint Nom de Jésus ne comporte qu'une seule décoration.
Une fresque occupe toute la largeur du pan de mur situé au delà de l'autel.
Elle consiste en une évocation de l'annonce faite à Marie.
D'une sobriété remarquable, elle reproduit un décor où les proportions des personnages
sont parfaitement respectées, signe d'une bonne maîtrise d'exécution de son auteur.
Toutefois, en la regardant de plus près, elle aurait pu être réalisée au fusain
- ce qui n'est pas le cas -
et en être restée là comme si elle était inachevée.
D'ailleurs, sauf erreur, elle n'est pas signée.

fresque de l'annonciation
 
photo ALS 

Le fidèle, lors de offices, compte tenu de son éloignement n'en voit, aujourd'hui,
que le volume et la profondeur ainsi que le ton noir de la peinture utilisée.
Il ne se pose pas de question sur cette oeuvre.

Il aura fallu, lors d'une visite du village, qu'une personne y ayant séjourné lors de son adolescence, évoque le nom de Paul BLANC comme étant son auteur
et nous fasse découvrir ce peintre de la fin du XIXème siècle dont nous ignorions tout.

portrait de Paul Blanc
 
photo extraite du catalogue de ventes 

Et pourtant, avec sa famille il a vécu à plusieurs reprises à Vinon-sur-Verdon,
village où il aimait venir se ressourcer
entre les périodes de ses voyages d'étude en Italie
ou le temps qu'il passait dans le Var
pour y décorer d'autres lieux saints.

Une mésentente ou une brouille avec le maçon en charge des travaux de la chapelle aurait conduit l'artiste à planter là son pinceau et à ne pas terminer la fresque, ni la signer, bien sûr,
ce qui a eu pour conséquence de ne pas la voir apparaître dans sa biographie qui pourtant mentionne d'autres fresques religieuses.

L'une, réalisée en 1874, dans l'église de Flassans, notamment,
où de grandes compositions ont été exécutées à partir de documents ramenés d'Italie,
d'où il effectua de nombreuses études et copies de maîtres :
citons ici "la Montée au Calvaire" d'après Tiépolo et le "Crucifiement" d'après Le Tintoret et "Trinite" d'un maître oublié. Ainsi qu'une "Mise au tombeau" très classique.

L'autre, commencée en 1868 et terminée en 1869, dans l'église de La Verdière
avec les peintures murales du choeur :
"Mise au tombeau" et "Ascension".

Par ailleurs, à Cotignac Notre-Dame des Grâces ou l'église paroissiale abriterait deux tableaux : "L'Annonciation" et "La Visitation".

Il n'est pas impossible que d'autres oeuvres de peintures religieuses existent ailleurs
dans le Var ou dans un autre département, mais sa biographie ne les mentionne pas.

A partir de 1887, le peintre s'est tourné vers une autre forme artistique : les eaux-fortes.
Abandonnant ainsi les peintures à motifs religieux.
Il avait cinquante ans.

Au regard de la richesse en coloris des fresques et tableaux existants dans d'autres communes, on peut penser que VINON est passé à côté d'une belle oeuvre dans sa chapelle.
Le peintre devait avoir un solide différend local pour ne pas avoir repris son travail et la terminer.
Ou alors était-il trop âgé, quinze ans plus tard, revenu à VINON en 1902,
pour entreprendre un tel ouvrage ?.

***










 
 





























 

Une création signée votre-hebergement.net