GUIDE A L'USAGE DU PROMENEUR



 

 
Il n'est pas facile de rencontrer Eligune lors de vos passages à Vinon,



elle est tout le temps en balade...


Aussi avons-nous pensé à préparer à votre intention
avec les lignes qui suivent
une visite guidée
qui devrait vous faciliter la découverte de notre village.



*

Itinéraire piéton : office de tourisme - moulin de Saint André - pont - école - Verdon - parking du cours - mairie - pont sur le Verdon - office de tourisme

Si vous êtes dans les locaux de l’office de tourisme, nous vous invitons à rejoindre
l’auvent de la cour intérieure attenante à l’office
C’est sur cet éperon rocheux, où une église dédiée à Saint-André
donnera son nom à tout ce quartier,
que monsieur Léon Martin demanda en janvier 1874 au préfet du Var
l’autorisation de dévier les eaux du Verdon afin d’y construire un moulin.
Les travaux commencèrent en 1879 et c’est une roue à aube installée dans le bâtiment
près du Verdon qui fournira l’énergie à cette activité jusqu’en 1953.
Dans la partie centrale se trouvaient le logement du meunier ainsi que le stockage des farines.
L’aile nord abritait les écuries et le grenier à fourrages.
En 1976, le dernier meunier arrêta définitivement une activité déjà réduite
et le moulin sera finalement racheté par la commune de Vinon en 1984.

Sortons et traversons prudemment la route nationale
pour avoir un meilleur point de vue du bâtiment rénové entre 2000 et 2006.
Dans la partie gauche, l’office de tourisme est installé au rez-de-chaussée
avec en étage une salle de réunion.
La partie centrale est consacrée sur deux niveaux à l’hébergement de groupes.
Et la partie droite abrite le cinéma-théâtre surmonté d’un étage
où se répartissent les chambres de l’hébergement.

Redirigeons-nous vers le village en empruntant le trottoir situé en aval du pont.
Selon le niveau de l’eau le jour de votre passage,
vous noterez sa force dans le couloir aménagé pour le canoë-kayak
et l’importance de l’enrochement des digues aval qui canalisent son cours.
Il ne reste plus que deux ou trois kilomètres à parcourir au Verdon
avant de se jeter dans la Durance qui vient du nord.

Puis, la plaque commémorative, devant laquelle vous passez,
sera un rappel de notre devoir de mémoire
lié à ces événements survenus il y a plus de soixante ans déjà.
Lors de la libération de la Provence, les troupes alliées ont bombardé ce pont
pour empêcher le passage des garnisons allemandes refluant du sud.
Si l’objectif n’a pas été atteint par les avions,
les proches maisons du village ont été touchées par les bombes
et une quinzaine de personnes sont mortes à cette occasion.
Il y eut de nombreux blessés et pour arrêter les attaques aériennes,
les résistants se sont résolus à dynamiter une arche.

Descendons l’escalier qui se présente à notre droite afin d’atteindre les berges de la rivière.
Là, le bruit des voitures circulant sur le pont a disparu et c’est le fracas de l’eau qui le remplace.

Il est temps de revenir vers la place du village.
Au passage, sur votre droite, vous remarquerez le casernement inauguré en 1934
où les pompiers assurent votre sécurité
et, sur la gauche, vous longerez la cour de l’école primaire
flanquée du très moderne restaurant scolaire
avant d’emprunter le petit tunnel, sous la route nationale,
et de découvrir le « Cours ».

Vous êtes maintenant sur le parking du Cours devant le magasin "au paysan"
et vous tournez le dos à la route principale sous laquelle vous venez de passer :
à votre gauche insérant le magasin vous avez ce qui reste d'un des deux moulins de la rive gauche : le moulin LAUGIER qui a fonctionné longtemps avec la force de l'eau arrivant de Trans,
puis à l'électricité dans les années 1900 avant de s'éteindre dans les années 1950.
Devant vous l'esplanade dite "du Cours" est la place centrale de Vinon.
Les platanes maintenant partiellement séculaires ont été plantés,
les huit premiers par la commune en 1805 pour embellir le village
et les autres ont été offerts par la ville d'Arles dans les années 1830
pour abriter les moutons en transhumance sur la route des Alpes.
A l'époque où tout se faisait à pied et où il convenait, à chaque village-étape,
d'abriter et d'abreuver tous les acteurs de ces longues marches.
Une fontaine édifiée en 1862 au milieu de ce cours ombragé,
déplacée quelques mètres plus haut en 1947,
apportait une eau inépuisable aux bêtes
tandis que les accompagnateurs pouvaient se désaltérer, eux aussi,
dans un des estaminets dont, aujourd'hui, le bar "le mistral" montre la position stratégique.

Image d'Epinal de tout village provençal, le boulodrome
occupe la majeure partie de cette portion du Cours
qu'il ne partage que du bout des lèvres avec un espace ludique aménagé dans les années 1970
où musique, jeux et danses se retrouvent à l'occasion, durant l'année.
Le 14 juillet, fête nationale, et le 15 août, fête du village,
ce Cours est dévolu aux forains qui l'animent bruyamment pendant trois jours.
La fête belge du 21 juillet , renommée dans toute la région,
s'y tient également depuis dix ans et plus de trois mille personnes y participent.
Une des particularités de Vinon étant d'être un lieu de passage
et la première porte d'accès à la rivière VERDON et au Parc Naturel du VERDON,
il n'est pas rare de retrouver sur ce Cours un rassemblement de motos
ou de vieilles voitures ou une halte d'un des nombreux cars de touristes
circulant en direction du Verdon et de ses célèbres gorges.

En nous avançant un peu, nous passons devant le local abritant un service
de la Communauté de communes Lubéron Durance Verdon (CCLDV),
dont VINON est membre depuis 2006,
devant la porte duquel coule en permanence l'eau qui alimentait le moulin.
Ce canal disparaît sous le bâtiment qui est devenu la Mairie du Village
dans les années 1970 et dont la salle des fêtes occupe le rez-de-chaussée.
Cette eau ressort maintenant devant le pimpant siège rénové de la Boule Vinonnaise
et bifurque à angle droit dans une dérivation à ciel ouvert
qui longe le boulodrome et s'en va, traversant même la route nationale,
jusque dans le quartier dit "des jardins" qu'elle irrigue;

Ce que nous venons de vous décrire n'a plus du tout la même apparence le dimanche matin
car tout cet espace est occupé par les commerçants forains et paysans
qui en font un lieu très convivial et pittoresque où l'on se bouscule été comme hiver.

Empruntons maintenant les escaliers qui constituent la minuscule rue du bayle.
Nous sommes maintenant dans l'avenue de la libération et, en levant la tête sur le côté droit,
vous pouvez apercevoir le quartier dit " de la Vière " où se trouve de nos jours l'église Saint-Sauveur. Pour y accéder, il suffit d'emprunter le chemin de la renarde que vous apercevez d'ici
et qui commence le long du parking de la mairie au pied de la colline.

Traversons l'avenue et arpentons le trottoir de droite de l'avenue en direction du pont.
Vous passez devant la borne rappelant le jumelage,
dont on vient de célébrer le dixième anniversaire en 2007,
de la commune de Vinon avec celle de Capriata d'Orba située en Italie du nord.
Vous découvrez, en face de vous, le bâtiment récemment rénové qui abrite la Mairie de Vinon-sur-Verdon. Le maire et son conseil municipal y ont en charge le bien-être de 3732 vinonnais
– selon le recensement de 2005 -.

Faisons quelques pas et, avant de traverser la route de Trans qui part sur la droite,
allons voir de plus près le second lavoir du village, situé sur la rive gauche du Verdon
dont l'alimentation se faisait à partir du canal provenant de Trans, sur la même rive.
Ce chemin de Trans est en fait la route qui mène à Saint-Julien-le Montagnier.
Avant de franchir à 500 mètres d'ici le canal renvoyant dans le Verdon l'eau
alimentant la centrale EDF dont on apercevra bientôt la conduite forcée,
cette portion de route est bordée d'équipements de sports et de loisirs :
le stade Auguste Combe et le club des aînés , à gauche,
puis le foyer des jeunes côtoyant un espace ludique, à droite,
et dans le lointain des courts de tennis se devinent.

Revenons sur l'avenue de la libération et dirigeons-nous vers le pont.
Nous passons maintenant devant l'école primaire « l’eau vive »
qui accueille au moins 300 élèves en plus de dix classes.
Admirez au passage le parterre de fleurs qui entoure l'olivier
entretenu avec soins par nos jardiniers municipaux.
- à ce sujet le village est récompensé d'une fleur
dans le classement des villages fleuris du département du Var -.
Construite vers 1910 elle vient d'être rénovée en 2005
et à cette occasion deux fresques murales, réalisées par l'artiste Patrice Mérot,
sont venues décorer ses façades :
l'une "le bouquet de crayons" est la porte du savoir
et l'autre "la rivière Verdon" est à l'image de l'agglomération séparée en deux par la rivière
– chacun y découvrira le détail pictural qui s’y cache -.

Nous sommes arrivés sur le "pont du 15 août 1944"
ce qui vous permet de franchir la première "PORTE DU VERDON".
En amont, vous êtes à environ 180 km des sources des monts d'Allos
et en aval à environ trois kilomètres de la Durance qui vient du nord.
Ce pont à trois arches dont la construction a commencé en 1786 pour s’achever en 1788
a remplacé la barque de Vinon qui était jusque-là le seul moyen d'atteindre l'autre rive.
Imaginez la force de cette rivière, qui n'était alors coupée par aucun barrage,
ni même endiguée, arrivant sur Vinon qu'elle balayait
du bord de la colline du village haut et tout le long des « iscles » de la rive droite.
De nos jours son cours est régulé par les divers barrages en amont
et une bonne partie de l'eau est captée par le canal de Provence,
qui en dérive un peu pour l'alimentation de la centrale électrique de Vinon.
Une fois moulinée cette eau revient dans le lit de la rivière
par le canal à ciel ouvert qui apparaît sur la rive gauche.
C'est pourquoi, selon le jour et la saison, le niveau sous le pont
est bas si l'EDF ne lâche pas d'eau, ou haut si la régulation des barrages le nécessite.
Heureusement, il y a de l'eau toute l'année au niveau de Vinon
qui s’appelle d’ailleurs VINON-sur-VERDON depuis 1947 seulement.
Sous le pont et sur la rive droite, un parcours réglementaire de canoë-kayak a été édifié.
Fréquenté par les sportifs de niveau national, il est un lieu incontournable pour les compétitions du calendrier national de ce sport.

Nous avons traversé le pont et sommes revenus au moulin de Saint André.

 

Une création signée votre-hebergement.net