8 mai 1945

jour anniversaire de la victoire de 1945

 


Un peu d'histoire


Il convient de se pencher sur le choix de cette date du 8 mai.
Bien qu'elle soit marquée par un jour férié, inscrit dans le code du travail,
elle a connu au fil du temps une histoire plutôt chaotique.

En fait, la date du 8 mai ne correspond à aucun acte officiel puisque la signature de la capitulation sans conditions des armées allemandes a eu lieu les 7 et 9 mai 1945,
quelques jours après le suicide de leur chef Adolf Hitler
et suite à la décision de son successeur l'Amiral Karl Donitz.

Le 7 mai à 2 h 41 à Reims au quartier général d'Eisenhower, commandant en chef des forces alliées sur le front occidental, les responsables militaires allemands signent la capitulation devant les représentants des quatre alliés ( Etats-Unis, Grande Bretagne, URSS et France).

Le lendemain, à la demande des autorités soviétiques,
une seconde cérémonie de signature est organisée au grand quartier général soviétique à Berlin.
Les signatures des officiers généraux allemands et alliés ne seront apposées au bas des documents que le 9 mai à 0 h 16.
Ce sera l'occasion donnée au général De Lattre de Tassigny de signer l'acte
"comme témoin"
ce qui est considéré par les Alliés comme l'affirmation publique
de la réinstallation de la France dans le monde des grandes puissances.


*

Ouvrons une parenthèse

Si le 8 mai marque la fin des hostilités sur le théâtre européen, la guerre a continué en Asie.
Ce n'est que le 2 septembre 1945 que le Japon capitulera sans conditions
lors d'une cérémonie à bord du cuirassé américain "Missouri" ancré dans la baie de Toyo.
Lorsque tous les membres de la délégation japonaise eurent apposé leur signature, au bas des actes,
le général Mac-Arthur signa, seul, puis suivirent les membres des différentes délégations alliées
( Britanniques, Canadiens, Australiens, Néo-Zélandais, Chinois, Néerlandais et Français).
Le gouvernement français avait désigné, à la tête de la délégation française, le général Leclerc, l'ancien de l'épopée du Tchad à Berchtesgaden, pour signer en son nom l'acte de capitulation des armées japonaises.

*

Pour commémorer ces évènements, c'est la loi du 7 mai 1946 qui a fixé la célébration "de la victoire remportée par la France et ses alliés", le premier dimanche suivant le 8 mai .
Depuis, d'autres lois et décrets ont sensiblement modifié les conditions de cette célébration.
Ce n'est que le 2 octobre 1981, sous la présidence de François Mitterand, que les députés votent une loi inscrivant " la victoire du 8 mai 1945" comme jour férié le 8 mai.

Quoiqu'il en soit, la date demeurera celle d'une période tragique
dont il convient de se souvenir dans le respect et la tradition
même si certains n'y voient qu'un jour de congé
oubliant trop souvent les sacrifices humains que ce conflit a engendré.


***



Commémoration du 63ème anniversaire du 8 mai 1945

Sans ces hommes, sans ces femmes – civils ou militaires
– qui se sont levés – seuls ou en nombre –
pour combattre une idéologie perverse à l’encontre de toute humanité
que serions-nous aujourd’hui ?


L’introduction du message de l’UFAC lu par Roland GALMICHE,
président de la section vinonnaise de l’ARAC,
porte en elle l’évocation de ce conflit,
le plus coûteux en vies humaines de toute l’histoire de l’Humanité,
qui fit davantage de victimes civiles que militaires.

"... ces innocentes victimes civiles du bombardement du 15 août 1944 à Vinon,
dont le souvenir douloureux est toujours présent dans les familles du village,
et que les vinonnais, aujourd’hui, ne peuvent oublier
..."

comme le dira notamment Claude CHEILAN, maire de la commune,
dans son discours qui a suivi le dépôt de gerbes au pied du monument aux morts
auxquelles se sont ajoutées les fleurs d’un groupe d’enfants,
symbole de la transmission aux nouvelles générations.

Le vent du souvenir a soufflé sur VINON-SUR-VERDON en ce jeudi 8 mai 2008.
 







 





























 

Une création signée votre-hebergement.net