LES LAVOIRS

tradition communale

Comme nous l'a expliqué Mathilde, élève au CE1 de l'école "L'eau vive" de VINON en 1998 :
"Autrefois, la machine à laver n'existait pas. Pour laver le linge, les femmes du village allaient au lavoir municipal. Elles se levaient tôt le matin pour avoir une place. A genoux dans une caisse garnie de paille, elles frottaient les draps, et les habits avec du savon de Marseille".
 
VINON est riche de deux lavoirs.
Le premier est sur la route de TRANS.
Le second est dans le village, rue de la Fontaine vieille.

*

Commençons par celui, aujourd'hui restauré, en bordure de la route de TRANS, non loin de l'actuelle Mairie.


 


 


 


 

Voici le texte lu sur la plaque " Sur les chemins de Provence - le lavoir de Trans "
apposée par "Le Parc Naturel Régional du Verdon" :

"Après les travaux d'endiguement du Verdon qui durèrent pendant tout le XIXème siècle,
les habitants de VINON s'installèrent petit à petit sur les terres reprises à la rivière,
en contrebas du village. Le nouveau quartier, autour des allées de platanes, pris le nom de "Cours" et son développement entraina la construction d'un lavoir en 1856.
Très vite, le mauvais écoulement de ces eaux usées représente une gène pour les habitants ;
en 1902 la Municipalité décida de le déplacer vers la périphérie, au quartier de TRANS.
C'est sur ces terres que les moutons transhumants faisaient traditionnellement étape.
La proximité du Verdon facilite l'alimentation du lavoir et le rejet des eaux de lessive.
Ce lavoir servait aussi aux habitants du Hameau, de l'autre côté du pont. Après la mise en place de l'adduction d'eau directe, il fut petit à petit abandonné, puis comblé de terre. Dégagé en 1996, il a retrouvé sa forme initiale, témoin d'une époque et de l'évolution de VINON."

**
 
Parlons maintenant de celui de la source de FONTAINE VIEILLE


 


 


 


 


 

Voici le texte lu sur la plaque " Sur les chemins de Provence - la fontaine vieille "
apposée par "Le Parc Naturel Régional du Verdon" :

"A proximité de la route et des auberges qui la bordaient, entre le village et les jardins, la fontaine vieille alimentait en eau de source les habitants et les voyageurs mais aussi les troupeaux pour lesquels Vinon était une halte traditionnelle lors de la transhumance.
La source, protégée par une voûte, jaillit au pied du village, juste à côté du lavoir.
On utilise au maximum son eau abondante.
Elle remplit d'abord les abreuvoirs et le vaste lavoir ainsi qu'un petit bassin,
avant de servir à l'irrigation des jardins en contrebas.
Dans les archives communales le petit bassin est appelé "le lavoir aux herbes".
Il servait à laver tout ce qui pouvait salir l'eau du lavoir principal, réservé au linge :
les légumes et les plantes mais aussi les outils, les tonneaux ou les entrailles d'animaux ...
La fontaine était ainsi, tout au long de la journée, l'un des principaux lieux d'animation de Vinon."

***

Sur les deux photos suivantes vous pouvez voir,
le lavoir des lavandières couvert en 1821


 

qui est alimenté directement depuis la fontaine,
et, sur son côté, le lavoir dit "aux herbes" , beaucoup plus petit et non couvert,
qui recevait l'eau par une conduite latérale
et l'évacuait par un conduit directement à l'extérieur sans la mélanger à celle des lavandières.


 

*

Les deux lavoirs de VINON ont été réhabilités dans les années 1990.

****

Notre petite amie Mathilde nous a également expliqué :
"Dans les maisons il n'y avait pas de robinets, donc pas d'eau. On allait alors chercher de l'eau
à la FONTAINE VIEILLE (à côté de la poste) ou à la fontaine du Cours.
Pour le linge, les femmes faisaient la lessive au lavoir tous les lundis."

*

Et le mot de la fin, nous le lisons dans
LES TERROIRS DE VINON et alentours, en page 140,

"la plus belle et la plus abondante des sources est celle qui jaillit dans la FONTAINE VIEILLE, au pied du village....Elle fut aménagée en lavoir pour les habituelles lavandières, en abreuvoir pour les bestiaux, en fontaine pour les "eigaliés". On voyait ces derniers, leurs deux seaux sur l'épaule, s'en aller fournir en eau les ménages. Les femmes trempaient, lavaient, frappaient, rinçaient et essoraient le linge en parlant et riant, ce qui faisait dire qu'en ce lieu on lavait le linge et on salissait les réputations..."

********


Les terroirs de VINON et alentours
Echo de VINON
Site internet de l'école "L'eau-vive"
Parc Naturel Régional du VERDON
Photos ALS

********************

 

Une création signée votre-hebergement.net