MONUMENT AUX MORTS
1914 - 1918
 

 
LES ENFANTS DE VINON MORTS POUR LA FRANCE


 

" PASSANT SOUVIENS-TOI "

- internaute sois patient car le chargement des images est long -
- n'hésite pas à "réactualiser" s'il s'interrompt-


 

Dominant l’allée principale de l’ancien cimetière,
le monument élevé à la mémoire des 37 enfants de la commune
décédés lors de la première guerre mondiale,
est constitué d’un obélisque central orné d’une couronne et d’une palme,
dressé sur un espace funéraire auquel on accède par deux escaliers parallèles.


Sur son socle une plaque mentionne


 

" Aux enfants de VINON morts pour la patrie "
 

Il a été édifié là dans les années 1920.

De part et d’autre de l’obélisque des plaques annoncent les noms des victimes.
Avec le temps la dorure des lettres s’est atténuée.


 

18 noms sont inscrits sur la face ouest

ANGELVIN Edouard
AOUST Marceau
ARISTOTE Aimé
BARRAS Eugène
BLANC Honoré
BUERLE Désiré
DELORME Joseph
ESTEVE Marius
FABRE Ernest
FABRE Kléber
FOUQUOU Désiré
FOUQUOU Gaston
FRANC Paul
FUSELIER Auguste
GAUTIER Auguste
GERVAIS Léopold
GIRAUD Victorin
JOUVEN Emile

*****



 
19 noms sont inscrits sur la face est

MAGNE Germain
MAGNE Léopold
MAILLARD Victor
MICHEL Gabriel
MICHEL Jules
NEGRE Gabriel
NEVEU Léon
PHILIBERT Daniel
PHILIBERT Ernest
PHILIBERT Louis
ROMAIN Joseph
ROUGE Léon
SAILLE Félix
SAILLE Henri
SAILLE Marius
SAYE Gustave
SCANDOLERA Ernest
TASSI Louis
TASSY Gabriel

*****

 

Autour du monument des plaques individuelles ont été déposées par les familles.
Elles sont toutes d'une conception identique caractéristique de ces années vingt.

 








 

Il en est une au nom de
SCHIVRE Edmond
qui n’est pas repris dans les listes gravées sur le monument.



 

D'autres plaques sont disposées sur les caveaux familiaux dans tout l'ancien cimetière.

***

Comme il était d'usage, dans l'église de VINON, un panneau de bois peint
donne la liste des victimes et disparus.
Certaines différences font penser que ce panneau a été réalisé avant le monument aux morts communal.
 



*****

Aucune mention de morts pendant la seconde guerre mondiale n’apparaît sur le monument.

*****

Il en est de même pour les conflits suivants
quoique s’agissant des opérations extérieures T.O.E
une plaque rappelle le souvenir de MILLION Michel décédé durant la Guerre d’Indochine.



 

****

Quittons maintenant le cimetière pour nous rendre en mairie et découvrir ensemble, regroupés dans un cadre plombé, les visages en médaillons des 37 vinonnais victimes de la guerre 14-18.



 
Il a du être réalisé dans les années vingt.
Maintenant que le scanneur existe et que l’Etat facilite la consultation des fiches individuelles,
il nous paraît opportun de dresser le portrait de chacun de ces enfants de VINON.



 
ANGELVIN Edmond, Adrien
2ème classe - 81ème régiment d'infanterie
né le 30 novembre 1891 à VINON
mort pour la FRANCE le 29 septembre 1915
tué à l'ennemi à TAHURE (Marne)

*



 
AOUST Marceau, Gabriel, Eugène
1ère classe - 3ème régiment de zouaves
né le 13 juillet 1891 à VINON
mort pour la FRANCE le 10 décembre 1914
des suites de blessures de guerre à POPERINGHE (Belgique)

*

ARISTOTE Aimé, Prosper, Rémy
sergent - 203ème régiment d'infanterie
né le 1er octobre 1884 à LURS (Basses-Alpes)
mort pour la FRANCE le 12 avril 1918
tué à l'ennemi à BOIS d'ARRIERE-COUR,MALLY-RAINCEVAL (Somme)

*



 
ARNAUD P.
son nom n'est pas inscrit sur le monument mais il est repris dans le cadre avec sa photo
mort pour la FRANCE le 27 décembre 1914

*



 
BARRAS Eugène, Bienvenu
2ème classe - 99ème régiment d'infanterie
né le 18 mars 1879 à VINON
mort pour la FRANCE le 11 juin 1917
tué à l'ennemi à la SUCRERIE DE CERNY (Aisne)

*



 
BLANC Honoré, Jules
2ème classe - 7ème bataillon de chasseurs
né le 29 septembre 1894 à VINON
mort pour la FRANCE le 20 août 1916
tué au combat à MAUREPAS (Somme)

*



 
BUERLE Désiré, Louis, Edmond
2ème classe - 117ème régiment d'infanterie territoriale
né le 20 septembre 1872 à VINON
mort pour la FRANCE le 8 août 1916
des suites de blessures de guerre à MARCELCAVE-LES-BUTTES (Somme)

*



 
DELORME Joseph, Raoul, Daniel
2ème classe - 111ème régiment d'infanterie
né le 3 septembre 1888 à L'ISLE-JOURDAIN (Gers)
mort pour la FRANCE le 20 août 1914
disparu au combat à DIEUZE (Alsace)

*

ESTEVE Marius, Louis, Désiré
2ème canonnier-servant 38ème régiment d'artillerie de montagne
né le 26 juin 1893 à VINON
mort pour la FRANCE le 22 janvier 1915
des suites de maladie contractée en service à l'hopital n° de VERDUN (Meuse)

*



 
FABRE Ernest, Marius, Marcel
2ème canonnier - 63ème régiment d'artillerie
né le 10 janvier 1896 à LA VERDIERE (Var)
mort pour la FRANCE le 20 novembre 1918
des suites de maladie contractée en service à l'hopital de SALONIQUE (Grèce)

*



 
FABRE Kléber, Adolphe
caporal - 175ème régiment d'infanterie
né le 16 mars 1893 à VINON
mort pour la FRANCE le 8 octobre 1918
des suites de maladie contractée en service à l'hopital de SALONIQUE (Grèce)

*



 
FOUQUE Désiré,Camille
2ème classe - 114ème régiment d'infanterie territoriale
né le 30 mai 1875 à VINON
mort pour la FRANCE le 30 novembre 1916
des suites de blessures de guerre à TAZA (Maroc)

*

FOUQUOU Gaston, André, Siméon
caporal - 173ème régiment d'infanterie
né le 26 octobre 1891à VINON
mort pour la FRANCE le 6 mars 1917
tué à l'ennemi au bois des CAURIERES

*



 
FRANC Paul, Romain
2ème classe - 59ème régiment d'infanterie
né le 28 février 1890 à VINON
mort pour la FRANCE le 28 mars 1916
des suites de blessures de guerre à l- hopital n° 2 de NEUILLY-SUR-SEINE (Seine)

*

FUSELLIER Auguste, Ludovic, Désiré
2ème canonnier-servant 6ème régiment d'artillerie à pied
né le 16 juillet 1893 à VINON
mort pour la FRANCE le 30 janvier 1916
tué à l'ennemi à TETE-A-VACHE - Commune de MARBOTTE (Meuse)

*



 
GAUTHIER Auguste, Arthur
2ème classe - 5ème régiment d'infanterie coloniale
né le 5 février 1896 à VINON
mort pour la FRANCE le 16 avril 1917
tué à l'ennemi à PAISSY-CRAONE (Aisne)

*



 
GERVAIS Léopold, Joseph
2 ème classe - 363ème régiment d'infanterie
né le 15 octobre 1882 à GREOUX (Basses-Alpes)
mort pour la FRANCE le 24 octobre 1914
tué à l'ennemi à Côte 675 SENONES (Vosges)

*



 
GILLET M.
mort pour la France le 28 juin1916
figure dans le cadre de la mairie.
n'est pas inscrit sur le monument ni sur l'affiche officielle.

*



 
GIRAUD Victorin, Thimothée, Romain
2ème classe - 63ème bataillon de Chasseurs à pied – 10ème Cie
né le 26 février 1885 à La VERDIERE
mort pour la FRANCE le 31 mai 1915
tué à l’ennemi à GASCHNEY ( Alsace )

*



 
JOUVEN Emile, Emée
soldat - 163ème régiment d'infanterie
né le 18 janvier 1892 à VINON
mort pour la France le 28 septembre 1914
tué à l'ennemi à XIVRAY (Meuse)

*

MAGNE Germain, Etienne
1ère classe - 64ème bataillon de chaseeurs à pied
né le 3 août 1878 à VINON
mort pour la FRANCE le 12 janvier 1915
tué à l'ennemi à la cote 132 de CROUY (Aisne)

*



 
MAGNE Léopold, Théodore dit Paul
2ème classe - 363ème régiment d'infanterie
né le 19 décembre 1888 à VINON
mort pour la FRANCE le 6 aoùt 1915
tué à l'ennemi à LA FONTENELLE (Vosges)

*

MAILLARD Victor, Edouard
2ème classe - 204ème régiment d'infanterie
né le 13 juillet 1880 à VINON
mort pour la FRANCE le 20 aoùt 1918
tué à l'ennemi à BLERANCOURT(Oise)

*

MICHEL Gabriel, Camille
2ème classe - 163ème régiment d'infanterie
né le 7 mai 1890 à VINON
mort pour la FRANCE le 27 septembre 1914
disparu au combat à LOUPMONT (Meuse)

*

MICHEL Jules
2ème classe - 67ème bataillon de chasseurs
né le 5 juin 1885 à VINON
mort pour la FRANCE le 31 juillet 1917
tué à l'ennemi à L'EPINE-CHEVRIGNY (Aisne)

*



 
NEGRE Henri, Gabriel
2ème classe - 6ème régiment d'infanterie coloniale
né le 28 mars 1887 à VINON
mort pour la FRANCE le 29 septembre 1915
disparu tué à l'ennemi à SOUAIN (Marne)

en 2014, une descendante du défunt trouvant que la photo d'Henri NEGRE, sur le site,
n'était pas très ressemblante nous en a fait parvenir une autre :



 
*

NEVEU Léon, Eugène
2ème classe - 43ème régiment d'infanterie coloniale
né le 8 aoùt 1888 à GISORS ( Eure)
mort pour la FRANCE le 27 décembre 1914
tué à l'ennemi à MOUCLY-HANNESCAMPS (Pas de Calais)

*



 
PHILIBERT Daniel, Gabriel, Jean
Adjudant - 173ème régiment d'infanterie
né le 8 mars 1889 à VINON
mort pour la FRANCE le 20 septembre 1914
disparu au combat à MONTFAUCON (Meuse)

*



 
PHILIBERT Ernest, Augustin
2ème classe - 4ème régiment d'infanterie coloniale - 9ème Cie
né le 2 septembre 1889 à VINON
mort pour la FRANCE le 3 février 1915
tué à l'ennemi à MASSIGES (Marne)

*



 
PHILIBERT Louis, Marius
sergent - 173ème régiment d'infanterie
né le 5 juillet 1891 à VINON
mort pour la FRANCE le 5 septembre 1914
des suites de blessures de guerre à l'hôpital mixte de DIJON ( Côte d'Or)

*

ROMAIN Joseph
2ème classe - 55ème régiment d'infanterie
né le 29 novembre 1885 à VINON
mort pour la FRANCE le 25 juillet 1915
tué à l'ennemi à LE HAUTE CHEVAUCHEE AUX ISLETTES ( Meuse)

*



 
ROUGE Léon, Gabriel
2ème classe - 7ème bataillon de chasseurs alpins
né le 22 décembre 1895 à VINON
mort pour la FRANCE le 30 mai 1915
des suites de blessures de guerre à L'HARTMANDILERKOFT- BUSSANG (Alsace)

*



 
SAILLE Félix, Joseph
2ème classe - 22ème régiment d'infanterie coloniale
né le 20 juillet 1893 à LA BOUILLADISSE (Bouches du Rhône)
mort pour la FRANCE le 23 février 1915
tué à l'ennemi à MINAUCOURT (Marne)

*



 
SAILLE Marius, Rogé ou Roger
brigadier - 112ème régiment d'artillerie lourde
né le 21 février 1892 à VINON
mort pour la FRANCE le 21 avril 1918
des suites de blessures de guerre à l'hopital 51 de VINEUIL-SAINT-FIRMIN (Oise)

*



 
SAYE Baptistin, Gustave
2ème classe - 232ème régiment d'infanterie
né le 21 novembre 1879 à VINON
mort pour la FRANCE le 31 mai 1917
tué à l'ennemi au MONT BORNILLET - BOIS-DE-GRILLE (Marne)

*



 
SAYE ou SAILLE Henri, Etienne
2ème canonnier-conducteur - 120ème régiment d'artillerie lourde
né le 2 août 1883 à VINON
mort pour la FRANCE le 11 septembre 1917
tué à l'ennemi à BAURIEUX (Aisne)

*



 
SAYE H.
mort pour la France le 21 février 1915
figure dans le cadre de la mairie.
n'est pas inscrit sur le monument ni sur la liste officielle.

*



 
SAYE P.
mort pour la France le 3 novembre 1915
figure dans le cadre de la mairie.
n'est pas inscrit sur le monument ni sur la liste officielle.

*

SCANDOLERA Ernest, Eugène
2ème classe - 28ème bataillon de chasseurs - 14ème Compagnie de skieurs
né le 18 mai 1894 à VINON
mort pour la FRANCE le 5 juillet 1916
tué à l'ennemi à MATTLE (Alsace)

*



SCHIVRE Edmond, Alexandre
adjudant-chef - 3ème zouaves
né le 15 juin 1884 à MANDRES AUX QUATRE TOURS (Meurthe & Moselle)
mort pour la FRANCE le 29 avril 1915
des suites de blessures de guerre à PILKEUR ou VEJYERDINGHE (Belgique)

*



 
TASSI Louis, Auguste
2ème classe - 7ème bataillon de chasseurs territoriaux
né le 7 avril 1876 à VINON
mort pour la FRANCE le 1er juillet 1915
tué à l'ennemi aux avant-postes du bois de HOLHER-WELD (Haute-Alsace)

*



 
TASSY Gabriel, Victorin
1ère classe - 15ème escadron du train
né le 22 avril 1880 à GREOUX (Basses-Alpes)
mort pour la FRANCE le 31 janvier 1917
suite de maladie contractée en service à BENOITE-VAUX-RAMBLAZIN (Meuse)

***

En mairie, une affiche officielle
" liste des enfants de VINON tombés glorieusement au champ d'honneur "
apporte quelques informations complémentaires à notre énumération.



 

mais elle ne reprend ni ARNAUD ni SCHIVRE ni GILLET ni SAYE H. ni SAYE P.

****


COMMEMORATION 2004 DU 11 NOVEMBRE 1918

Le 86ème anniversaire de l’Armistice mettant fin aux hostilités de la Première Guerre Mondiale
a été célébré à VINON par un hommage rendu aux trente sept enfants du village
Morts pour la France
lors de ce conflit.

A 10h30, un cortège formé devant la Mairie avec à sa tête les drapeaux de deux associations d’anciens combattants - ARAC et FNACA – conduit par Monsieur Dominique JOUBERT, Maire de la commune, composé de membres du conseil municipal et d’habitants du village s’est dirigé vers le monument aux morts situé dans l’enceinte du cimetière communal.


 

Là se sont joints d’autres vinonnais et c’est environ une cinquantaine de personnes qui assisteront à la cérémonie.

Des gerbes ont été déposées au pied du monument par Monsieur le Maire
et les Présidents d’associations d’anciens combattants.

Monsieur JOUBERT prend ensuite la parole pour rappeler les grandes étapes de cette guerre.


 

"Chaque année, réunis devant notre monument aux morts, nous honorons la mémoire
des soldats de la Grande Guerre, en ce jour du 11 novembre, et ce depuis 86 ans.
Nous rendons hommage à leur courage et nous évoquons avec respect et reconnaissance
leurs sacrifices immenses.
Les " Poilus " avaient ce courage qui leur était donné par l'amour de la patrie.
Ils étaient la nation rassemblée devant l'envahisseur.
Ils dirent "ils ne paseront pas !" et ils tinrent parole.
Ils ont connu pendant des années toutes les misères :
la pluie, le froid, la neige, la boue, les tranchées, le feu, les mitrailles, les gaz...
Cette lutte de nos " Poilus " fut impitoyable.
La Marne, la Somme, l'Aisne, Verdun ont une notoriété mondiale par le sang qu'ils y ont versé.
Les noms d'humbles villages comme DOUAUMONT, FLEURY, Les EPARGES, VAUQUOIS,
LORETTE ou le chemin des DAMES sont devenus synonymes d'héroïsme.
La Guerre finie, la FRANCE retrouvait l'ALSACE et la LORRAINE.
Dans toutes les communes de FRANCE les rires et les larmes sont mêlés ; les rires pour la joie et le bonheur de paix, les larmes au souvenir de camarades ou de fils morts, disparus ou meurtris.
Il ne faut pas oublier ces sacrifices consentis pour la FRANCE, notre patrie :
1.400.000 morts, 600.000 invalides
900.000 maisons détruites, 10.000 usines dévastées
3.000.000 d'hectares de terres cultivables ravagés
Si tous ont accepté tant de souffrances, c'est que le destin collectif du monde et celui de la FRANCE en particulier leur importait plus que leur destin individuel.
Ils se sont battus pour la FRANCE, pour ses valeurs démocratiques :
la liberté, l'égalité, la fraternité.
Ne les oublions pas.
Les chemins de la mémoire sont les chemins de la citoyenneté.
A l'évidence la paix, la démocratie, l'état de droit sont des situations fragiles, au destin souvent incertain, et le monde qui se révèle à nous chaque jour le confirme.
Restons vigilants et, tous réunis ici, aujourd'hui, nous ne pouvons trouver qu'un seul mot pour exprimer notre gratitude : MERCI.
Vive la République, vive la FRANCE ! "

*

Puis Monsieur GALMICHE, Président de l’ A.R.A.C, a lu le message rédigé par l’U.F.A.C
dont voici les termes :


 

« L’année 2004 marque le 90ème anniversaire de la première bataille de la Marne et le 86ème anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918 qui mit fin à la guerre. Dès les premiers jours, les armées allemandes repoussent les troupes françaises sur l’ensemble du front, de la Belgique au Nord de la France. Malgré la résistance héroïque de nos soldats à Charleroi et à Maubeuge, les Allemands se retrouvent rapidement à 30 km de Paris.

En septembre 1914, le général GALLIENI réquisitionne les taxis de la capitale et leur ordonne de transporter la garnison de Paris sur le front des opérations, tandis que le général MAUNOURY, à la tête de la VIème armée, participe avec succès, à la contre-offensive.

En cette commémoration du 11 novembre 1918, l’Union Française des Associations de Combattants et de Victimes de la Guerre (U.F.A.C) rend hommage aux sacrifices et aux souffrances des victimes de ce conflit mondial qui a coûté 13 millions de morts parmi les belligérants. Pour sa part, la France déplore 1.500.000 morts, 3 millions d’invalides et des centaines de milliers de veuves et d’orphelins.

Les monuments aux morts de nos villes et villages rappellent les sacrifices des « Poilus » qui permirent à la France de rester libre et de recouvrer l’Alsace et la Lorraine.

L’U.F.A.C condamne avec la plus grande fermeté les nombreuses profanations de monuments et sépultures constatées notamment à Verdun et en Alsace, comme elle condamne avec force toutes formes de terrorisme et tous les agissements et formes de racisme, d’antisémitisme, de xénophobie et d’exclusion.

Elle souhaite que les valeurs républicaines et laïques de tolérance, d’acceptation des différences soient enseignées dans les cours d’instruction civique à l’école, au collège et au lycée. Ces valeurs doivent également être rappelées aux adultes qui trop souvent les ignorent.

Les anciens combattants et les victimes de guerre ont un devoir de mémoire et de vérité à remplir auprès des jeunes générations pour qu’elles demeurent vigilantes et ne soient pas condamnées à vivre des drames comparables.

L’Union Française des Associations de Combattants et de Victimes de Guerre œuvre en faveur de la paix entre les peuples et souhaite que les conflits se règlent par la négociation, conformément à la Chartre des Nations Unies.»

Vive la France ! Vive la République ! Vive la Paix !

*

Une minute de silence a suivi la sonnerie aux morts interprétée par l’Harmonie du VERDON.

Les drapeaux se sont inclinés en hommage aux victimes.


 

Et l’hymne national a ponctué cette manifestation.

*

La municipalité a invité les participants, comme elle le fait chaque année, à un vin d’honneur dans un établissement du village.

*

COMMEMORATION 2005 DU 11 NOVEMBRE 1918

Précédé des drapeaux de la FNACA et de l’ARAC,
c’est un cortège de plus de cinquante vinonnais qui a traversé le village
pour se rendre au monument aux morts


 

photo Marion

afin de rendre hommage aux trente sept fils de Vinon
Morts pour la France
lors de la Première Guerre Mondiale,
à l’occasion du 87ème anniversaire de l’Armistice.

Après la lecture du message du Ministre délégué aux Anciens Combattants,

 

Dominique Joubert, maire de la commune,
a rappelé à l’assistance, les raisons de cette commémoration :



 

photo Marion

"Oui nous devons nous souvenir de ces combattants qui ont défendu au péril de leur vie
les valeurs d'honneur, de courage et de dévouement.
Aujourd'hui ils ne sont plus que 6 en France sur les 65 millions de soldats mobilisés pour faire la "der des der".
Adressons leur notre respect et notre reconnaissance.
Ils témoignent des sacrifices consentis de tous ceux qui ont fait pour leur pays
le sacrifice total de leur existence.
Ils témoignent des 1.350.000 morts et des 2 millions de blessés.
Leur courage leur était donné par l'amour de la patrie.
Les mots de LIBERTE EGALITE FRATERNITE, symboles de notre république ne sont pas que des mots. Ils nous ramènent en permanence à nos devoirs et à nos responsabilités.
Ce 11 novembre 1918, la guerre était finie, une guerre effroyable se terminait.
Aujourd'hui nous devons être dignes de leur mémoire en nous imposant
de faire vivre ce socle de valeurs démocratiques au quotidien dans chacun de nos villages,
dans chacune de nos villes en France, en Europe et dans le monde.
Ce socle de valeurs démocratiques, nous devons le mettre au service
de la dignité, de l'honneur, de la paix, de la sécurité et de la citoyenneté.
Que ce sacrifice de nos soldats morts pour la France soit le ferment de la Paix dans le monde."
Vive la République
Vive la France.



Quant au message de l’U.F.A.C.
Union Française des Associations de Combattants et de Victimes de Guerre

 

lu par Roland GALMICHE, président de l’ARAC,


 

photo Marion

il met en avant, dans la période troublée que nous traversons,
« le fait de s’opposer vigoureusement à toute forme de terrorisme et souhaite que les valeurs républicaines de tolérance, d’acceptation des différences enseignées dans les cours d’éducation civique à l’école, au collège ou au lycée, s’appuient fortement sur ce message. »

Après la minute de silence, ponctuée d’une vibrante Marseillaise,
et avant la dispersion des participants,
un insigne de porte-drapeau a été solennellement remis à Lucien PIERRISNARD

 

photo Marion

qui assure cette fonction, avec dévouement, depuis de nombreuses années au sein de l’ARAC.

Même si, cette année, le nombre de participants à cette cérémonie du souvenir
est plus important que les années précédentes,
l’absence des jeunes générations se fait cruellement sentir
et pose problème pour l’avenir.
Qui a le devoir de leur rappeler que ce sont leurs aïeux qui sont honorés aujourd’hui ?

*****


COMMEMORATION 2006 DU 11 NOVEMBRE 1918

Précédé des drapeaux de l’ARAC et de la FNACA, c’est un cortège de plus de cinquante vinonnais qui a traversé le village pour rejoindre le monument aux morts afin de rendre hommage aux trente sept fils de Vinon morts pour la France lors de la Première Guerre Mondiale, en ce jour du 88ème anniversaire de l’Armistice de Rethondes.


 
photo Marion

Après le dépôt de gerbes,


 
photo Marion

le message de l’UFAC,
- Union Française des Associations de Combattants et de Victimes de Guerre -
lu par Roland GALMICHE, président de l’ARAC,
met en avant l’année 1916
« qui fut celle de l’enfer de Verdun où, de février à décembre,
plus de 300.000 hommes perdirent la vie. »
« Verdun a engendré un cortège inégalé d’horreurs, de violences et de souffrances. »
Aussi, aujourd’hui, l’UFAC « exhorte la jeunesse à demeurer vigilante
et à œuvrer inlassablement pour l’entente entre les peuples, la paix et la fraternité. »

Après la lecture du message du Ministre délégué aux Anciens Combattants,
nous invitant à « œuvrer sans relâche pour conforter la réconciliation entre les nations de notre continent », Dominique Joubert, maire de la commune, a rappelé à l’assistance,
qu’au-delà du souvenir des enfants de Vinon
« qui sont partis défendre leur patrie et ne sont jamais revenus au pays, au bord du Verdon, »
nous devons aujourd’hui rester vigilants et faire rayonner à jamais nos idéaux
de liberté, d’égalité, de fraternité.

Une minute de silence, ponctuée par l’hymne national, a associé les participants
à ce devoir de mémoire.
***


L'événement du jour est la commémoration
du 90ème anniversaire de la fin de la Grande Guerre.

COMMEMORATION 2008 DU 11 NOVEMBRE 1918

Un cortège conduit par Claude CHEILAN, Maire de la commune,
s’est formé devant la maison communale
afin de traverser le village, drapeaux des associations des Anciens Combattants en tête,
pour arriver à 11 heures ce mardi 11 novembre 2008, au pied du monument aux morts.


 

photo Marion

Nombreux étaient les vinonnais rassemblés là pour rendre hommage
aux 36 enfants du village morts au champ d’honneur
dont le souvenir est toujours intensément présent dans leur mémoire.


 

photo Marion

Avant le dépôt de gerbes, la lecture du message officiel du Secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens Combattants suivie du discours du maire ont rappelé que 90 ans après le moment où les clairons sonnèrent le cessez-le-feu, la nation sortait victorieuse des combats après 4 années de souffrance et que le temps était venu de se souvenir des paroles de CLEMENCEAU :
« Nous avons gagné la guerre, mais maintenant il va falloir gagner la paix.»


 

photo Marion

Les drapeaux se sont inclinés pour une minute de silence
ponctuée d’une vibrante Marseillaise interprétée par l’Harmonie du Verdon
avant que le maire ne remercie de leur présence les autorités, les associations,
et tous ceux qui ont bien voulu se joindre à lui pour cette cérémonie de mémoire.


***


COMMEMORATION 2O14 DU 11 NOVEMBRE 1918

En cette année où on célèbre les 100 ans du déclenchement de la première guerre mondiale,
les évocations de ce terrible conflit sont l'objet d'un nombre important de reportages et expositions
dans toute la France et l'Europe.
Grâce aux nouvelles techniques de communication, le travail de mémoire s'est enrichi
d'une foule de détails, souvent ingorés, sur ce qu'ont pu souffrir les combattants pendant quatre ans
et sur les conséquences humaines et matérielles qui en découlèrent.
Les enfants de Vinon qui y participèrent ne furent pas épargnés
et le tribut payé a été de 36 morts au champ d'honneur
Ce mardi 11 novembre 2014, les vinonnais se sont retrouvés à 11 heures
autour du monument aux morts de la commune pour leur rendre hommage.

Le cortège précédé des drapeaux de l'ARAC et de la FNACA,
s'est joint à l'Harmonie du Verdon au pied de la stèle.


 
photo ALS

Avant le dépôt des gerbes, le message officiel
du Secrétaire d'Etat auprès du Ministre de la Défense chargé des Anciens combattants et de la Mémoire
a été lu


 



précédant le discours du maire Claude CHEILAN :

"Cette commémoration revêt une dimension encore plus forte cette année.
Il y a cent ans, retentissait le tocsin annonçant la mobilisation générale
qui a fait basculer l'Europe et le monde sans l'horreur
Des millions de civils - 3.800.000 rappelés - doivent rejoindre leurs régiments à la hâte.
Quand ces hommes montaient dans ces trains ils ne savaient pas où ils allaient.
Ils étaient persuadés que cette guerre serait courte et qu'ils regagneraient rapidement leurs foyers.

Commémorer le 11 novembre 1918, c'est accomplir notre devoir de mémoire envers tous ceux qui nous ont légué les valeurs de courage et de défense de notre Nation, pour que s'imposent la démocratie et la paix entre des peuples en guerre depuis des siècles afin que, désormais,ils soient unis par le même destin, par le même désir de ne plus revivre des moments aussi terribles, aussi destructeurs que la Grande Guerre 1914-1918.

Soyons dignes des sacrifices consentis par nos combattants et de leur dévouement sans faille,
Vive la République, Vive la France !"



 
photo ALS


 
photo ALS


 
photo ALS

ont été suivis par une minute de silence ponctuée d'une vibrante Marseillaise
interprétée par l'Harmonie du Verdon


 
photo ALS

******

 

Une création signée www.votre-website.com