GUIDE A L'USAGE DU PROMENEUR



 

 
Il n'est pas facile de rencontrer Eligune lors de vos passages à Vinon,



elle est tout le temps en balade...


Aussi avons-nous pensé à préparer à votre intention
avec les lignes qui suivent
une visite guidée
qui devrait vous faciliter la découverte de notre village.



*

Itinéraire piéton : parking du cours - partie basse du village - parking du cours.

si vous êtes maintenant sur le parking du Cours devant le magasin "au paysan" et que vous tournez le dos à la route principale par laquelle vous êtes, sans doute, arrivés:





à votre gauche vous avez ce qui reste d'un des deux moulins de la rive gauche :
le moulin LAUGIER qui a fonctionné longtemps avec la force de l'eau arrivant de Trans,
puis à l'électricité dans les années 1900 avant de s'éteindre dans les années 1950.
Devant vous l'esplanade dite "du Cours" est la place centrale de Vinon.
Les platanes maintenant partiellement séculaires ont été plantés, les huit premiers par la commune en 1805 pour embellir le village et les autres ont été offerts par la ville d'Arles dans les années 1830 pour abriter les moutons en transhumance sur la route des Alpes. A l'époque où tout se faisait à pied et où il convenait, à chaque village-étape, d'abriter et d'abreuver tous les acteurs de ces longues marches. Une fontaine édifiée en bordure de ce cours ombragé, déplacée quelques mètres plus haut, dans les années 1950, et que vous découvrirez un peu plus loin, apportait une eau inépuisable aux bêtes tandis que les accompagnateurs pouvaient se désaltérer, eux aussi, dans un des estaminets dont le bar "le mistral" montre la position stratégique.

Image d'Epinal de tout village provençal, le boulodrome occupe la majeure partie de cette portion du Cours qu'il ne partage que du bout des lèvres avec un espace ludique aménagé dans les années 1970 où musique, jeux et danses se retrouvent à l'occasion, durant l'année. Le 14 juillet, fête nationale, et le 15 août, fête du village, ce Cours est dévolu aux forains qui l'animent bruyamment pendant trois jours. La fête belge du 21 juillet , renommée dans toute la région, s'y tient également depuis dix ans et plus de trois mille personnes y participent.
Une des particularités de Vinon est d'être un lieu de passage
et la première porte d'accès à la rivière VERDON et au Parc Naturel du VERDON.
Il n'est pas rare de retrouver sur ce Cours un rassemblement de motos ou de vieilles voitures ou une halte d'un des cars de touristes circulant en direction du Verdon et de ses célèbres gorges.

En nous avançant un peu, nous passons devant le local
abritant un service de la Communauté de communes Lubéron Durance Verdon (CCLDV),
dont VINON est membre depuis 2006,
devant la porte duquel coule en permanence l'eau qui alimentait le moulin.
Cette eau disparaît sous le bâtiment qui est devenu la Mairie du Village
dans les années 1970 et dont la salle des fêtes occupe le rez-de-chaussée.
Elle ressort maintenant devant le pimpant siège rénové de la Boule vinonnaise
et bifurque à 90° dans une dérivation à ciel ouvert qui longe le boulodrome et s'en va traversant même la route nationale jusque dans le quartier dit "des jardins" qu'elle irrigue.
Sur la gauche vous avez les premiers commerces de proximité qui s'alignent tout autour du Cours jusqu'à hauteur de la partie réservée au seul stationnement des véhicules.
Ce que nous venons de vous décrire n'a plus du tout la même apparence le dimanche matin
car tout cet espace est occupé par les commerçants forains et paysans
qui en font un lieu très convivial et pittoresque où l'on se bouscule été comme hiver.

*
Quittons maintenant le Cours en passant devant la fameuse fontaine de facture relativement récente puisqu'elle a été rénovée elle aussi dans les années 1970 et arrêtons-nous sous le platane qui délimite le petit raidillon annonçant la fin du Cours et la découverte d'une rue qui monte en direction du vieux village.



La position est stratégique pour comprendre VINON.
Face à vous un alignement de maisons blotties sous la colline.
Au-dessus d'elles, le sommet que l'on aperçoit est l'emplacement de l'ancienne fortification.
Lorsque la rivière Verdon n'était pas encore canalisée l'eau venait, en certaines saisons, battre le rocher et bien entendu tout ce que nous venons de voir en contrebas n'existait pas encore.
Il en est de même pour la route nationale d'aujourd'hui qui n'a été construite que dans les années 1930 pour faciliter la traversée du village en direction du pont. Jusqu'à cette date, la rue que vous avez devant vous " la rue grande", était la seule rue principale. Arrivant à l'est de Ginasservis ou au sud d'Aix en Provence, elle était le seul accès à la rivière.
et le centre de vie de VINON.
Si vous lisez la plaque indicatrice vous verrez que cette voie a été baptisée, pour une partie du moins, "avenue de la libération" jusqu'au pont. C'est par là que les alliés sont arrivés, venant de Ginasservis, lors du débarquement en Provence, précédés d'un bombardement le 15 août 1944 au cours duquel une quinzaine d'habitants perdirent la vie. C'était le pont qui était visé mais dans le petit immeuble qui était à l'époque l'hôtel du Cours, sous lequel vous stationnez et qui sera détruit il y eut plusieurs de ces victimes.
Lors du dernier conflit, le village n'a été occupé que quelques mois par les troupes italiennes jusqu'en 1942 comme partout dans le Sud, sans incidents majeurs. alors que le seul passage de troupes allemandes en juin 1944 pour 48 heures a coûté, lui, la vie à deux vinonnais.
Mais revenons au présent.
Sur votre droite vous pouvez voir une boulangerie surmontée d'un bâtiment en angle sur deux étages qui communique par une passerelle avec une bâtisse où était installée le second moulin de la rive gauche : le moulin Noirel. Il utilisait lui aussi l'eau qui passe sous nos pieds et il a fonctionné jusqu'aux années de guerre puis il n'a servi que de dépôt comme les deux autres.
Les machines sont encore là mais il a eu la même histoire que les autres moulins du village.

*
*
Remontons maintenant l'avenue de la libération pour arriver à l'endroit où elle s'appelle "rue Grande"



Vous êtes maintenant dans l'ancienne rue principale et unique du village,
qui continue en remontant vers le haut de l'agglomération.
A votre gauche, au niveau de la petite fontaine, vous découvrez la place de l'horloge.
Des maisons furent abattues pour faciliter l'ouverture de cette place
au moment où le campanile fut édifié à la fin du XVIIIème siècle.
Il y a une traverse derrière la première maison qui a évité à celle-ci la démolition.
Cette place a été, avant le Cours, le centre de vie du vieux village où les ruelles convergeaient.
A votre droite, sur le côté droit de la rue grande
l'angle d'une imposante maison à deux étages se présente à vous.
Cette maison bourgeoise appartenait à la famille Menc
qui compta parmi ses membres des agriculteurs, de riches négociants et même un maire.
Vous noterez la qualité du sous bassement constitué de pierres taillées, dont un certain nombre proviendrait du château de Gréoux-les-bains, ainsi que la belle porte d'accès.
En contrebas de la maison Menc commence la rue de la fontaine vieille.


*

Suivons l'indication et faisons une halte sur la rue qui surplombe la fontaine vieille.




Sous vos pieds coule l'eau arrivant du haut du village pour aboutir à la source
qui alimente le lavoir de la fontaine vieille. Rénové il y a peu, il est divisé en deux parties :
celle couverte est dédiée aux "bugadières" du village et l'eau de source y arrive directement.
Celle à l'air libre, que vous voyez sur la droite, est alimentée par une déviation de la source que vous devinez le long du mur. Les bêtes du village et les troupeaux de passage pouvaient s'y désaltérer sans déranger les femmes du lavoir municipal.
Les eaux usées ou excédentaires des deux bassins se rejoignent un peu plus loin
et vont se perdre dans les jardins en suivant le petit canal que vous voyez d'ici.


*

En suivant ce bout de canal, nous voici sur la route nationale qui traverse le village
:




Dirigeons nous vers la droite sans traverser la route.
Aujourd'hui tout est bâti alors qu'en 1930 il n'y avait là que des champs ou des jardins.
A cinquante mètres, sur notre droite, l'impasse sous le moulin s'ouvre en direction du village
et vous offre une vue du dos des maisons de la rue grande
avant d'atteindre le Cours en passant sous le passage qui relie les deux corps du moulin Noirel.



La fontaine est devant vous. Le banc de pierre qui l'entoure est l'occasion de faire une halte
et de s'y rafraîchir ( sauf si le préfet du Var a décidé de placer la commune de Vinon sous vigilance et a fait en sorte que les vannes en soient fermées ).
Avant de retrouver votre parking de départ,
prenez tout de même le temps d'admirer le travail de fleurissement de nos jardiniers municipaux
et de vivre un petit moment au rythme des vinonnais.

**





 

Une création signée votre-hebergement.net